logo BDSP

Offres d'emploi


  1. Stage M2 : Analyse des variations spatio-temporelles des taux d’allaitement à la maternité en France à partir des Enquêtes Nationales Périnatales

    Stage. Val de Marne. Publié le 11/10/2018.

    Employeur

    Santé publique France a pour mission de protéger efficacement la santé des populations. Une mission qui s'articule autour de trois axes majeurs : anticiper, comprendre, agir.

    En tant qu'agence scientifique et d’expertise du champ sanitaire, elle a en charge :

    • l'observation épidémiologique et la surveillance de l'état de santé des populations ;
    • la veille sur les risques sanitaires menaçant les populations ;
    • la promotion de la santé et la réduction des risques pour la santé ;
    • le développement de la prévention et de l'éducation pour la santé ;
    • la préparation et la réponse aux menaces, alertes et crises sanitaires ;
    • le lancement de l'alerte sanitaire.

    Pour réaliser ses missions, l’agence s’appuie sur ses partenaires, et notamment les membres du réseau national de santé publique. En relation avec les acteurs de terrain, qu'elle contribue à animer et coordonner, l'agence produit une expertise scientifique indépendante sur laquelle elle fonde sa démarche de programmation, planifie ses interventions, arbitre ses moyens. Cette connaissance, toujours actualisée, est mise à disposition des autorités compétentes pour éclairer les politiques de santé, préserver et promouvoir la santé.

    Agissant à la fois sur les déterminants et envers les populations, la nouvelle agence place la prise en compte des inégalités sociales de santé, très marquées entre les différentes catégories socio-professionnelles dans notre pays, au cœur de sa démarche de travail.

    Coordonnées

    12 rue du Val d’Osne

    94415 Saint-Maurice Cedex France

    Description du poste

    Les différentes Enquêtes Nationales Périnatales, menées depuis 1972 en France, ont montré que le taux d'allaitement maternel à la maternité a fortement augmenté de 1995 à 2010, probablement en raison de la mise en place progressive d'une politique de promotion de l'allaitement maternel [1]. Cependant, ce taux a diminué entre 2010 et 2016, l'allaitement maternel exclusif à la naissance passant de 60,3% à 52,2%. Il est l’un des plus bas d’Europe.

    De fortes disparités régionales existent. Le taux d’allaitement (exclusif ou mixte) est très inférieur au taux moyen national dans les Hauts-de-France (53,4 %), la Bretagne (57,8 %) et les Pays de la Loire (58,2 %) alors qu’il est supérieur en région parisienne (76,9 %), PACA (72,1 %), Auvergne-Rhône-Alpes (71,1 %) et dans les départements d’Outre-Mer (83.1%).

    Les objectifs du stage seront de décrire et d’expliquer les variations spatiales et temporelle des taux d’allaitement à la maternité en France, en prenant en compte les caractéristiques des mères (variables sociodémographiques, état de santé, conditions de l’accouchement…) et celles des maternités (taille, niveau…) [2, 3]. Un intérêt spécifique sera porté à l’impact du label Hôpital Ami des Bébés, délivré aux services de maternité et de néonatalogie engagés dans une démarche de soutien de l’allaitement [4], et à la détermination des tendances temporelles globales et par sous-groupes, en remontant le plus loin possible dans le temps, selon la disponibilité et la qualité des données [5].

    A cette fin, des modèles multiniveaux généralisés seront utilisés [6]. Ils permettront d’une part de calculer les risques relatifs associés aux caractéristiques individuelles et aux caractéristiques des maternités, et d’autre part, de quantifier la part de la variabilité spatiale et temporelle attribuable aux caractéristiques individuelles et hospitalières. Enfin, ils permettront d’identifier les zones où ce taux s’écarte significativement de la moyenne.

    Le stagiaire, master 2 en (bio-)statistiques ou 5ème année d’école d’ingénieur, effectuera son travail au sein de la Direction Appui, Traitements et Analyses des données de Santé publique France, encadré par deux statisticiennes (C Pelat et S Smaïli). Il collaborera avec des épidémiologistes travaillant sur les programmes de surveillance en périnatalité (N Regnault) et de surveillance en nutrition (B Salanave) au sein de la Direction des maladies non transmissibles et traumatismes. Un groupe de travail comprenant des représentants de la Direction de la Prévention et de la Promotion de la Santé de Santé publique France, de l’initiative HAB et des Enquêtes Nationales Périnatales participera à la planification puis à l’interprétation des résultats.

    L’allaitement est un facteur protecteur de la santé de l’enfant et de sa mère [7]. Sa promotion est une responsabilité de santé publique en France et dans le monde, et un moyen de réduire certaines inégalités sociales et territoriales de santé [8-10]. L’analyse des barrières individuelles et contextuelles à son initiation permettra d’identifier des leviers d’action pertinents dans le contexte français.

    En fonction de l’état d’avancement de ce projet, il est prévu que le stage aboutisse à une publication scientifique et/ou une présentation en congrès.

    Profil recherché : débutants acceptés

    M2 de biostatistiques ou épidémiologie

    Stage

    Stage conventionné

    Contact(s)

    camille.pelat@santepubliquefrance.fr

    Fichiers joints

    Modalités de candidature

    CV + lettre de motivation par mail à camille.pelat@santepubliquefrance.fr