logo BDSP

Offres d'emploi


  1. Coordonnateur régional d'hémovigilance et de sécurité transfusionnelle

    Date limite de candidature dépassée. Offre d'emploi. FP. Bas Rhin. Publiée le 26/01/2018.

    Employeur

    L’Agence Régionale de Santé (ARS) a pour missions d’assurer, à l’échelon régional du Grand Est, le pilotage de notre système de santé. Elle est responsable de la définition de la politique régionale de santé via le projet régional de santé (PRS) et de sa mise en œuvre opérationnelle dans l’ensemble de ses composantes (sécurité sanitaire, inspection contrôle, santé environnement, prévention et promotion de la santé, offre de soins dans les structures sanitaires, médico-sociales et ambulatoires, soins de proximité, innovations en santé) au sein des territoires de la région.

    Elle garantit une organisation cohérente, efficiente et de qualité du système de santé dans une logique de parcours de santé, en veillant à la réduction des inégalités d’accès aux soins, pour répondre aux besoins des patients et en veillant aux partenariats des politiques publiques dans les domaines participant à la politique de santé

    Coordonnées

    Siège :

    3 Boulevard Joffre

    54000 Nancy

    Description du poste

    Encadrement : Non

    Missions définies à l’article R.1221-32 et suivants du Code de la santé publique (CSP)

    L’article R.1221-32 et suivants du CSP modifié par le décret n° 2010-334 du 31 mars 2010 précise les missions du Coordonnateur Régional d’Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle (CRHST). Le CRHST est placé auprès du directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et est chargé des missions suivantes :

    1. Suivre la mise en œuvre par les établissements de santé et de transfusion sanguine de la région des dispositions de la section 4 du chapitre 1er du titre II du livre II du CSP ainsi que, le cas échéant, des décisions du directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) et des actions entreprises par les comités de sécurité transfusionnelle et d’hémovigilance des établissements de santé.
    2. Entretenir des relations directes avec chacun des correspondants d’hémovigilance de la région, veiller avec eux à la qualité et à la fiabilité des informations recueillies en application des articles R.1221-39 et R.1221-43 et se tenir informé de toute difficulté que les correspondants rencontreraient dans l’exercice de leur mission.
    3. Proposer le cas échéant, à l’ANSM, sous couvert du directeur général de l’ARS, l’adoption de toute mesure susceptible d’améliorer la qualité, la fiabilité et la cohérence du dispositif d’hémovigilance
    4. Saisir sans délai le directeur général de l’ARS et le directeur général de l’ANSM de toute difficulté susceptible de compromettre la sécurité transfusionnelle et en informer simultanément l’Etablissement Français du Sang (EFS)
    5. Proposer, le cas échéant, au directeur général de l’ARS, les mesures à prendre au vu des fiches de déclarations reçues en application de l’article R.1221-50
    6. Etablir annuellement un rapport d’activité remis eu directeur général de l’ARS et au directeur général de l’ANSM avec copie au Président de l’EFS.

    L’hémovigilance a pour objectif la sécurité transfusionnelle (environnement et produits). Son action repose sur les principes de l’amélioration des pratiques et correspond à un travail d’accompagnement continu et de fond au sein d’un réseau de correspondants d’hémovigilance institutionnels bien identifiés.

    Son objectif est de promouvoir l’amélioration continue de la qualité des soins par une ‘‘culture positive de l’erreur’’, qui passe par la déclaration et l’analyse systématiques des incidents et effets indésirables de la chaîne transfusionnelle.

    Par l’analyse des incidents et effets indésirables, par les mesures prises en comité de sécurité transfusionnelle et d’hémovigilance (CSTH), l’hémovigilance se situe donc en amont de l’alerte (niveau qu’elle se doit de ne pas atteindre) et participe donc pleinement à la qualité des soins offerts aux patients, en lien étroit avec les cellules de gestion et de prévention des risques liés aux soins.

    Activités principales :

    Le CRHST est donc chargé :

    1. de contrôler et de suivre les déclarations d’incidents graves de la chaîne transfusionnelle (IG), les effets indésirables survenus sur les receveurs de produits sanguins labiles (EIR) et sur les donneurs de sang (EID),
    2. d’entretenir des relations directes avec chacun des correspondants d’hémovigilance (CHV) des établissements de santé et de transfusion sanguine, de suivre la mise en œuvre des dispositions réglementaires et de veiller à la qualité et à la fiabilité des informations recueillies,
    3. de se tenir informé de toute difficulté. Il assiste de droit aux séances du CSTH des établissements de santé publics et privés,
    4. d’animer le réseau régional d’hémovigilance (CHV ES et CHV ETS, CSTH) et d’en informer les membres. Il peut les réunir et participer à leur formation,
    5. d’assister les Cellules Assurance-Qualité/ Gestion des Risques (en particulier au sein des ES) dans leur démarche d’analyse des causes racines (ACR) d’incidents graves de la chaîne transfusionnelle,
    6. de suivre la mise en œuvre de l’informatisation de la traçabilité des produits sanguins labiles, des échanges de données informatisées,
    7. de participer à l’élaboration du Schéma d’Organisation de la Transfusion Sanguine (SOTS) et de veiller à sa cohérence avec le SROS,
    8. de l’instruction des dossiers de demande d’autorisation de dépôt de sang et de suivi de ces dépôts,
    9. de piloter et contribuer à des études médico-économiques de la consommation des produits sanguins labiles dans le GE,

    10.de contribuer au bon fonctionnement du réseau régional de vigilance et d’appui, le RREVA.

    Le CRHST assiste, à titre d’expert, le corps des inspecteurs lors des missions d’inspection ou de contrôle des dépôts de sang et des laboratoires d’analyse de biologie médicale (LABM) dans leur activité transfusionnelle, notamment d’Immuno-Hématologie Receveurs (IHR).

    Il est connecté aux réseaux nationaux (e-fit, ebase)

    Il participe aux réunions nationales de l’ANSM et de la Conférence Nationale des CRHST et à leurs groupes de travail.

    Il peut participer à des enseignements ou activité de formation.

    Activités annexes : participation au sein des ARS à la coordination des vigilances et au Réseau régional de vigilances et d‘appui

    Partenaires institutionnels : ANSM, DGS, EFS

    Spécificités du poste / Contraintes : déplacements fréquents dans le Grand Est et à l’ANSM

    Profil recherché : confirmés

    Connaissances :

    • Environnement institutionnel et administratif
    • Réglementation des professions de santé
    • Politiques sanitaires

    Savoir-faire :

    • Animer un réseau
    • Concevoir des plans d’actions et piloter leur mise en œuvre

    Savoir être nécessaire :

    • Avoir le sens de la diplomatie
    • Faire preuve de leadership

    Expérience professionnelle souhaitée dans le domaine

    Contrat de la fonction publique

    Praticien hospitalier en détachement ou en mise à disposition

    Contact(s)

    Monsieur Laurent DAL MAS

    laurent.dalmas@ars.sante.fr

    Fichiers joints

    Modalités de candidature

    Date limite : 15/02/2018

    Les candidatures sont à adresser par mail à : ars-grandest-candidatures@ars.sante.fr