logo BDSP

Offres d'emploi


  1. Thèse Santé Publique Épidémiologie - Santé Publique France - Consommation antibiotique en ville : évaluation à partir des données de l’Assurance Maladie

    Date limite de candidature dépassée. Offre d'emploi. CDD. Val de Marne. Publiée le 10/04/2017.

    Employeur

    Santé Publique France / Université Paris Est

    Le doctorant sera basé à Santé publique France au sein de la Direction des Maladies Infectieuses et aura accès de manière sécurisée, après une formation spécifique, aux données du SNDS nécessaires au projet de recherche, dans le cadre des autorisations dont dispose l’agence.

    Coordonnées

    Santé Publique France

    12 Rue Val d'osne, 94410 Saint-Maurice

    http://www.santepubliquefrance.fr/

    Description du poste

    L’utilisation des antibiotiques permet de réduire la mortalité due aux maladies infectieuses mais leur usage non maîtrisé contribue à l’émergence et à la diffusion de bactéries résistantes de plus en plus difficiles à traiter, tant en santé humaine qu’en santé animale. Aujourd’hui, l’émergence, la diffusion et l’augmentation de la prévalence des résistances bactériennes aux antibiotiques est un enjeu majeur de santé publique en France, en Europe et dans le monde, et les politiques de bon usage des antibiotiques sont l’un des piliers de la maîtrise des résistances bactériennes. En France, malgré des efforts réels – Campagnes antibiotiques de la Cnamts, Recommandations sur les bonnes prescriptions et pratiques de la HAS – la consommation des antibiotiques en santé humaine, notamment en médecine de ville, reste élevée et la France reste l’un des pays les plus consommateurs en Europe. Le renforcement de la surveillance de la résistance bactérienne aux antibiotiques et des consommations antibiotiques fait partie des objectifs fixés en France par la feuille de route interministérielle « Antibiorésistance » de novembre 2016. Il s’agit aussi d’une priorité européenne (recommandations du conseil de l’UE, mises en œuvre par l’ECDC) et internationale (Plan d’action mondial pour combattre la résistance bactérienne aux antibiotiques, 2016).

    C’est dans ce contexte que Santé Publique France, au travers de la Direction des Maladies Infectieuses, et l’unité Inserm UMR1181 associent leurs efforts pour définir, construire et valider des indicateurs pertinents à partir des données de l’Assurance Maladie dans la perspective de mieux suivre les tendances de consommation à différents niveaux de stratification (âge, zone géographique, spécialité du prescripteur, etc.) mais aussi pour identifier des leviers pour cibler les actions visant à réduire la consommation/mésusage des antibiotiques. Ces travaux contribueront ainsi à la maîtrise de la résistance bactérienne.

    Retombées du point de vue scientifique : Il est attendu de cette thèse la définition de nouveaux indicateurs de consommation antibiotique en ville (indicateurs de prescription) utilisables pour une production en routine en complément des indicateurs aujourd’hui utilisés au niveau national ou européen (DDJ). Ces indicateurs seront en particulier déclinés géographiquement et pour certaines populations de patients (en particulier la population pédiatrique, fortement consommatrice mais très mal étudiée aujourd’hui) ou de prescripteurs, dans l’objectif d’identifier des cibles particulières accessibles à des mesures de promotion du bon usage des antibiotiques.

    Retombées pour l’Agence : Les travaux conduits dans le cadre de cette thèse ont vocation à être ultérieurement intégrés dans le cadre de ses missions de surveillance (production et restitution d’indicateurs de surveillance des consommations antibiotiques en routine à partir des données de l’Assurance maladie auxquelles l’agence a accès), ainsi que dans le cadre de ses missions de prévention et de promotion de la santé (ici, le bon usage des antibiotiques). Ainsi, les données produites dans ce champ permettront à l’agence de mieux travailler avec ses partenaires à la définition des messages œuvrant à cette politique de bon usage antibiotiques, en particulier la CNAMTS, les CPIAS, les ARS et leurs référents Antibiotiques.

    École doctorale de rattachement : ED Santé Publique (EDSP)

    Directeurs de thèse : Laurence Watier (Chercheur Inserm) / B Coignard (Directeur, Direction des Maladies Infectieuses, Santé Publique France)

    Autres personnes associées au travail : Sylvie MAUGAT et Anne BERGER-CARBONNE de Santé publique France, Philippe CAVALIE de l'ANSM et Christian BRUN-BUISSON de la DGS.

    Profil recherché : débutants acceptés

    Étudiant ayant validé un M2 de santé publique/ épidémiologie ou diplôme d’ingénieur équivalent de biostatistique.

    Compétences en data management, statistiques

    Maitrise du logiciel SAS, R

    Connaissances approfondies en épidémiologie/santé publique

    Bonne pratique de l'anglais.

    Contrat à durée déterminée (CDD)

    Contrat doctoral Université Paris Est financé par Santé Publique France (CDD 3 ans)

    Contact(s)

    Directeurs de thèse :

    Laurence Watier - laurence.watier@inserm.fr

    Bruno Coignard - Bruno.COIGNARD@santepubliquefrance.fr

    Fichiers joints

    Modalités de candidature

    Date limite : 24/04/2017

    CV+lettre de motivation