logo BDSP

Base documentaire


  1. Infection urinaire nosocomiale.

    Article - En français

    Synthèse.

    Les précautions d'asepsie et l'utilisation d'un système de drainage clos réduisent le risque d'infection urinaire sur sonde à demeure.

    Au delà de quelques jours, elle finira cependant par survenir, plus rapidement chez la femme et les diabétiques.

    Les anti-infectieux locaux et généraux ne sont pas réellement utiles à titre prophylactique, ni même à titre thérapeutique tant que l'infection urinaire reste asymptomatique, éventualité de loin la plus frequente.

    Les examens bactériologiques répétés sont donc inutiles.

    L'infection symptomatique doit être traitée.

    Le risque d'infection est moindre lors des sondages itératifs, avec utilisation d'un penilex ou d'un cathéter sus-pubien.

    Certaines techniques instrumentales ou chirurgicales relèvent d'une antibioprophylaxie brève : résection endoscopique de la prostate, biopsie prostatique transpérineale ou transrectale, néphrolithitimie percutanée, prostatectomie, cystectomie, implantation de prothèses.

    Mots-clés Pascal : Infection, Appareil urinaire pathologie

    Mots-clés Pascal anglais : Infection, Urinary system disease

    Logo du centre Notice produite par :
    CCLIN Sud-Est - Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Sud-Est

    Cote : 00348

    Code Inist : 002B30A11. Création : 199510.