logo BDSP

Base documentaire


  1. L'institution médicale en question : retour sur l'affaire du sang contaminé.

    Article - En français

    En France, le débat sur le « sang contaminé » s'est focalisé sur les hémophiles du fait de la prise de conscience rapide de ce groupe bien structuré qui, a très vite engagé des poursuites judiciaires.

    Traumatisés par la responsabilité du Centre national de transfusion sanguine dans cette affaire (ce même centre qui accueillait l'Association française des hémophiles), les hémophiles se sont sentis trahis et ont cherché une responsabilité administrative.

    La responsabilité médicale est largement absente du débat.

    Et pourtant, les pratiques de don du sang, en particulier dans les prisons qui ont été de grandes sources de contamination, sont sous la responsabilité des médecins.

    La collecte dans les centres pénitenciaires effectuée dans des conditions d'hygiène et de contrôle déplorables était inutile, car elle représentait seulement 0,35% du volume total de sang prélevé.

    Quand d'autres pays à la tradition de santé publique mieux ancrée ont cessé très tôt de pratiquer des collectes en prison, la France a été dramatiquement frileuse.

    Mots-clés Pascal : Médecin, Transfusion, Sang, Immunodéficit acquis syndrome, Hémophilie, Responsabilité professionnelle, Santé publique, Décideur politique et financier, Responsabilité administrative

    Mots-clés Pascal anglais : Physician, Transfusion, Blood, AIDS, Hemophilia, Occupational responsability, Public health, Political and financial decision maker, Administrative responsibility

    Notice produite par :
    CHUSA - Centre de Documentation en Santé Publique - Faculté Saint-Antoine

    Code Inist : 002B30A. Création : 199501.