logo BDSP

Base documentaire


Fermeture du portail BDSP le 1er juillet 2019. En savoir plus...

  1. Fulltext. Étude épidémiologique des morts suspectes de nourrissons en France : quelle est la part des homicides ?

    Article (Document papier) - En français

    Fulltext.

    Selon la littérature internationale, la part des homicides dans la mortalité infantile est certainement sous-estimée et il existe, lors de la certification, des confusions entre homicides, morts subites du nourrisson (MSN) et morts « de cause inconnue », le pourcentage de ces dernières stagnant en France.

    Une étude rétrospective des morts suspectes de nourrissons (1996-2000) a concerné les services hospitaliers accueillant des enfants décédés, les parquets et les statistiques du Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l'Inserm, avec recoupement des trois types de données (après accord de la Commission nationale informatique et libertés).

    Les objectifs exploraient deux domaines :

    1) les données statistiques de mortalité infantile d'origine violente et la mesure de la magnitude du problème ; 2) les pratiques professionnelles conduisant à cette connaissance épidémiologique.

    Les résultats concernent 619 cas de 33 hôpitaux et 247 cas de 26 parquets, dans trois régions :

    • Bretagne,

    • Ile-de-France,

    • Nord-Pas-de-Calais.

    Dans les hôpitaux, le diagnostic de mort suspecte d'être d'origine intentionnelle ou certainement violente intentionnelle (MSV) a concerné 5,3% des cas ; en cas de suspicion, un signalement judiciaire a été effectué dans 1/3 des cas, avec un retour d'information de la justice très faible (13%). Dans l'enquête parquets, 80 MSV se répartissent en trois grandes catégories : néonaticides (27), syndrome du bébé secoué (35), « autres » morts violentes intentionnelles (18).

    La moitié des enfants (néonaticides exclus) avaient des antécédents de maltraitance, connus avant le décès dans 1/3 des cas.

    Dans les deux enquêtes, on a constaté une sous-investigation, concernant notamment le fond d'oeil et l'autopsie (la moitié des MSN diagnostiquée sans autopsie).

    Le recoupement avec les données du CépiDc a montré la sous estimation des homicides (de 3 à 15 fois plus nombreux que le chiffre officiel, selon l'enquête) ; les diagnostics de morts accidentelles, morts de cause inconnue et MSN recouvrent souvent des homicides.

    Le peu de fiabilité des statistiques de mortalité est en grande partie lié à l'insuffisante collaboration entre secteurs (non transmission à l'Inserm des informations hospitalières et des instituts médico-légaux).

    (R.A.).

    Mots-clés Pascal : Justice, Autopsie, Expertise médicolégale, Meurtre, Enfant maltraité, Nourrisson, Enquête, Epidémiologie, Mort subite

    Mots-clés Pascal anglais : Justice, Autopsy, Medicolegal expertise, Murder, Child abuse, Infant, Survey, Epidemiology, Sudden death

    Notice produite par :
    GRPS - Groupement régional de promotion de la santé

    Cote : 29629

    Code Inist : 002B30A11. Création : 14/04/2008.



Fermeture du portail BDSP le 1er juillet 2019

Nous avons le regret de vous informer de la fermeture du portail BDSP le 1er juillet 2019. Du 1er janvier au 30 juin 2019, le site et ses services resteront accessibles mais ne seront plus alimentés, ni mis à jour. En savoir plus...