logo BDSP

Base documentaire


  1. Aspects économiques des soins intensifs néonataux en Belgique.

    Article - En français

    En Belgique, comme dans la plupart des pays industrialisés, les soins intensifs néonataux ont, depuis les années 70, joué un rôle majeur dans l'amélioration de la survie des enfants de faible poids de naissance (moins de 2 500 grammes).

    La mortalité des nouveaux-nés pesant moins de 1 500 g, lesquels représentent 6 cas pour mille naissances vivantes du pays, demeure encore cependant relativement élevée.

    Ces nouveaux-nés constituent la population-cible sur laquelle les centres néonatals concentrent la plus grande part de leur intervention.

    Mais à quel coût ?

    Les auteurs ont observé pour les années 1981, 1982 et 1983, que les services néonataux ont amélioré annuellement le taux de survie des nouveaux-nés de moins de 1 000 g (de 21, 6 ; en 1981 à 30, 4 ;), mais ils ont aussi enregistré un accroissement important de leurs dépenses (de 17 millions de FB en 1981 à 27 millions en 1983) dépenses exprimées en prix de journée d'hospitalisation.

    Le coût d'un survivant d'une année sur l'autre augmente considérablement.

    Mots-clés Pascal : Poids naissance, Coût, Hospitalisation, Prix, Vie physiologique, Néonatologie, Service hospitalier, Soin intensif, Belgique, 1981-1983, Mortalité, Nouveau ne

    Mots-clés Pascal anglais : Birth weight, Costs, Hospitalization, Price, Life (physiology), Neonatalogy, Hospital ward, Intensive care, Belgium, Neonatal mortality

    Notice produite par :
    CREDES - Centre de Recherche, d'Etudes et de Documentation en Economie de la Santé (devenu IRDES)

    Cote : RAM750800069

    Code Inist : . Création : 199406.