logo BDSP

Base documentaire


  1. Comment pallier les limites du PMSI en réanimation ? Mise au point d'un modèle explicatif des dépenses médicales par l'intégration de l'indicateur Oméga.

    Article - En français

    La réforme de 1996 a orienté les hôpitaux publics vers une gestion en partenariat médecins/gestionnaires.

    La méthode la plus utilisée est celle de la contractualisation interne.

    Cependant, il ne peut y avoir de contrat d'objectifs et de moyens que s'il existe des indicateurs permettant d'évaluer réellement les activités de l'hôpital.

    Or, il est reconnu que la véritable difficulté à la mise en service de ces contrats est de trouver ces indicateurs communs acceptés par toutes les parties.

    Si les acteurs de santé sont dans leur rôle quand ils mettent en garde les gestionnaires sur des indicateurs inappropriés, ces acteurs se doivent d'en proposer d'autres plus pertinents.

    La pratique actuelle est d'utiliser comme indicateur d'activité le nombre de points ISA produits par les services, de les valoriser selon l'échelle nationale des coûts et de comparer le montant ainsi obtenu aux dépenses réelles.

    Avec une telle méthode, les services de réanimation apparaissent toujours comme « surdotés ».

    Le service de réanimation de l'hôpital Calmette du CHRU de Lille, en collaboration avec le contrôle de gestion et les services de direction, s'est penché sur le problème et a mis en évidence, d'une part l'inadéquation entre les dépenses et les points ISA en réanimation et, d'autre part, un indicateur adapté aux spécificités de la réanimation.

    Mots-clés Pascal : Hôpital, Réanimation, Dépense, Budget, Evaluation, France, Gestion hospitalière, Indicateur

    Mots-clés Pascal anglais : Hospital, Resuscitation, Expenditure, Budget, Evaluation, France, Hospital management, Indicator

    Logo du centre Notice produite par :
    ENSP - Ecole nationale de la santé publique (devenue EHESP)

    Cote : 00/04 N

    Code Inist : 002B30A04A. Création : 18/05/2000.