logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Implications économiques d'une stratégie de restriction des prélèvements sanguins dans un service de médecine interne.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Cost savings generated by restricting blood test use in a department of internal medicine.

    But de l'ètude 

    Mesure de l'économie réalisée par une approche de restriction concertée des prescriptions d'examens de routine de biochimie et d'hématologie-hémostase en hospitalisation, Lieu de l'étude : Service de Médecine Interne universitaire de 46 lits.

    Méthodes 

    Limitation sur une période d'un mois des prélèvements sanguins au lendemain de l'admission, puis au plus tôt au 4e jour, puis à deux prélèvements hebdomadaires.

    Comparaison à une période-contrôle d'un mois préalable.

    Mesure du nombre de prélèvements des patients à partir des cahiers de planning infirmiers, du nombre total et moyen par journée d'hospitalisation et par admission, de prestations en B fournies par les laboratoires de biochimie et d'hématologie-hémostase, conversion en francs, analyse des non-respects (possibles mais consignés) du protocole et des accidents éventuels.

    Résultats 

    Par rapport à la période-contrôle, la res triction des prescriptions d'examens complémentaires diminue le nombre de prélèvements hebdomadaires du malade de 2,5 à 2,14 (soit - 14,4%), le nombre de B par journée d'hospitalisation de 35,8 à 33,2 soit 2,64 B/j (7%), correspondant à une économie de 4,75 F/j par malade.

    Parallèlement, le nombre de B généré par admission diminue de 493 à 404 (18%). Cette économie provient essentiellement (60,1%) d'une diminution des examens de surveillance, NFS et surtout ionogramme sanguin-glycémie que la stratégie proposée diminue dans une proportion importante (8,1%).

    Mots-clés Pascal : Médecine générale, Economie santé, Evaluation, Prélèvement, Sang, Biochimie, Analyse biochimique, Pratique restrictive, Homme

    Mots-clés Pascal anglais : Internal medicine, Health economy, Evaluation, Samplings, Blood, Biochemistry, Biochemical analysis, Restrictive practice, Human

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 99-0494795

    Code Inist : 002B24O10. Création : 22/03/2000.