logo BDSP

Base documentaire


  1. Puissance des psychotropes pouvoir des patients.

    Ouvrage - En français

    Le psychologue ou le psychanalyste se perd s'il poursuit son travail isolé et tient le psychotrope pour ce qui voile le fond, organicise l'affection et y ajoute même des effets secondaires.

    Il doit plutôt entrer dans tout le réseau thérapeutique (lui et d'autres, jusqu'à l'éventuelle administration « policière » chargée de la vitalité urbaine) afin d'entraîner le patient dans le système qui l'assume (la conversion).

    Ce n'est plus tout à fait à « la molécule » qu'il faut s'intéresser : il convient d'entrer dans un autre champ, d'admettre d'autres critères.

    Les psychotropes doivent réintégrer l'univers technico-humain.

    Preuve de la complexité où nous parvenons, l'information ou même le savoir suppose le malaise (et ses désaccords) ; un malade qui, parce qu'il est malade, n'est pas vraiment objectif !

    L'auteur marque l'écart entre les médicaments stables de la médecine (antibiotiques, antihypertenseurs, etc...) susceptibles d'une définition et d'une claire évaluation, et les psychotropes caractérisés par l'absence « de points fixes ».

    (extrait de 4ème de couverture).

    Mots-clés Pascal : Psychotrope, Chimiothérapie, Traitement, Effet secondaire, Psychiatrie, Pharmacologie, Prescription, Médecin, Pratique professionnelle, Malade, Trouble psychiatrique, Psychologue, Relation médecin malade, Psychanalyste, Dépendance, France

    Mots-clés Pascal anglais : Psychotropic, Chemotherapy, Treatment, Secondary effect, Psychiatry, Pharmacology, Prescription, Physician, Professional practice, Patient, Mental disorder, Psychologist, Physician patient relation, Psychoanalyst, Dependence, France

    Notice produite par :
    CREDES - Centre de Recherche, d'Etudes et de Documentation en Economie de la Santé (devenu IRDES)

    Cote : 19176, A2203

    Code Inist : 002B30A11. Création : 22/03/2000.