logo BDSP

Base documentaire


  1. Travail de nuit : marginalité ?

    Thèse/mémoire - En français

    Les effets du travail de nuit sur l'organisme sont bien connus, tant sur le plan physiologique que psychologique.

    Les conséquences socio-relationnelles sont plus difficiles à mesurer parce que plus insidieuses, moins visibles, plus lentes à s'installer.

    Ces dernières peuvent-elles être à l'origine d'une marginalisation de l'individu au travail ?

    Paradoxe en soi, puisque le travail est notoirement reconnu comme un facteur d'intégration sociale.

    L'enquête menée auprès des soignants travaillant en équipe de nuit, dans deux CHU de l'AP-HP, a eu pour objectif d'explorer les représentations socioprofessionnelles du travail de nuit par catégorie professionnelle et par secteur d'activité, en regard du concept de marginalité dans le travail.

    Ce travail montre que bien que la représentation générale soit légèrement en faveur d'un travail qui intègre socialement, les résultats au sein et entre les différents groupes étudiés sont très partagés.

    Le sentiment de marginalisation est ressenti par bon nombre de soignants, notamment dans les services d'hospitalisation classique, en opposition aux services de soins intensifs.

    Rompre et combattre ce sentiment de marginalisation passe par l'encadrement de proximité.

    La gestion humaine et la plus difficile des missions du cadre.

    Elle prend ici toute sa valeur, celle de facilitateur d'un exercice professionnel difficile mais riche.

    (R.A.).

    Mots-clés Pascal : Travail nocturne, Infirmier, Marginalité, Soin intensif, Isolement social, Etude critique, Littérature grise, Condition travail

    Mots-clés Pascal anglais : Night work, Nurse, Marginality, Intensive care, Social isolation, Critical study, Grey literature, Working condition

    Logo du centre Notice produite par :
    Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) - Réseau documentaire

    Code Inist : 002B30A11. Création : 14/12/1999.