logo BDSP

Base documentaire


  1. Fulltext. Consommation de drogues par injection et Vih.

    Chapitre, Rapport - En français

    Fulltext.

    Traduction en anglais : Intravenous drug consumption and Hiv.

    Dans de nombreux pays, l'injection de drogues est un facteur de propagation majeur du Vih.

    En Europe de l'Est (Belarus), par exemple, cela représente 87% des infections à Vih.

    Au Vietnam, c'est le vendeur lui-même qui procède à l'injection dans des « galeries » dites « d'injection » sans eau courante où le même pot de solution peut être partagé entre 50 clients, utilisant tous le même matériel sans nettoyage intermédiaire.

    Mais ces facteurs spéciaux ne sont pas des conditions préalables pour une propagation explosive du Vih ainsi qu'en témoigne le taux de contamination dans de nombreux pays où les pratiques décriées plus haut n'ont pas cours.

    En règle générale et selon un modèle mathématique : « dès que plus de 10% de la population des toxicomanes est infectée par le Vih, la prévalence augmentera presque inéluctablement à 40% ou 50% en quelques années ».

    Il est primordial d'éduquer l'usager de drogues intraveineux et de réaliser des « programmes d'échanges d'aiguilles ».

    Des villes telles que Glasgow, Toronto et Tacoma ont montré des résultats intéressants dans ce sens.

    Mots-clés Pascal : Toxicomanie, Contamination, Virus immunodéficience humaine

    Mots-clés Pascal anglais : Drug addiction, Contamination, Human immunodeficiency virus

    Notice produite par :
    Toxibase

    Cote : 21266

    Code Inist : 002B30A11. Création : 06/10/1999.