logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Epidémiologie de l'infarctus du myocarde en France : Survie à 1 an des patients de l'étude USIK.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Epidemiology of myocardial infarction in France : One year survival in the USIK study.

    L'étude épidémiologique USIK a permis de recueillir dans sa première phase les données concernant 2 563 patients hospitalisés pour infarctus du myocarde récent.

    La deuxième phase de cette étude a permis de documenter le suivi à 1 an de 2 152 patients (84%). Il s'agissait de 1 533 hommes et 619 femmes d'âge moyen 67 ans ; 18% des patients avaient une dysfonction ventriculaire gauche sévère (fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) ¾ 35%) et une insuffisance cardiaque clinique était présente dans les 5 premiers jours de l'infarctus chez 35% des patients.

    La mortalité était de 8,2% à 5 jours, de 13,2% à 28 jours et de 19,5% à 1 an.

    En analyse multivariée, l'âge était le facteur prédictif principal de mortalité à 1 an (RR=1,06 ; p=0,0001) ; la mortalité augmente de 6% par année d'âge.

    Chez les patients survivant 5 jours après leur infarctus, le pronostic à 1 an était lié de façon significative à l'âge (RR=1,05, p=0,0001) et à l'existence d'une insuffisance cardiaque appréciée soit par la fraction d'éjection du ventricule gauche (RR=1,57 ; p=0,0001), soit par la classe de Killip (RR=1,66, p=0.0001).

    La prescription d'un Inhibiteur de l'enzyme de conversion ou d'un bêtabloquant dans les 5 premiers jours de l'infarctus s'est accompagnée d'une réduction du risque à 1 an de mortalité, respectivement de 27% (p=0,04) et de 37% (p=0,01). (...)

    Mots-clés Pascal : Infarctus, Myocarde, France, Europe, Homme, Epidémiologie, Mortalité, Pronostic, Survie, Traitement, Appareil circulatoire pathologie, Cardiopathie coronaire, Myocarde pathologie

    Mots-clés Pascal anglais : Infarct, Myocardium, France, Europe, Human, Epidemiology, Mortality, Prognosis, Survival, Treatment, Cardiovascular disease, Coronary heart disease, Myocardial disease

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 98-0451706

    Code Inist : 002B12A03. Création : 25/01/1999.