logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Consommation de vin, bière, spiritueux et maladies cardiovasculaires.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Wine, beer and spirits consumption and cardiovascular diseases.

    Une corrélation négative entre la consommation modérée de boissons alcoolisées et le taux de mortalité provoqué par les maladies cardiovasculaires a été observé dans la plupart des études épidémiologiques.

    Plusieurs travaux ont montré que l'effet protecteur de l'éthanol pourrait être dû à son influence sur le métabolisme lipidique ainsi que sur le mécanisme thrombotique.

    Cependant, les boissons alcoolisées forment un groupe très hétérogène (vin, bière, spiritueux), aussi bien par leur composition que par leur mode de consommation.

    L'absorption de ces différents types de boissons alcooliques par l'homme est donc susceptible d'engendrer des effets différents vis-à-vis des maladies cardiovasculaires.

    Ainsi, une distinction a été faite dans certaines études épidémiologiques (écologiques, de cohortes, cas - contrôle) entre les consommateurs de vin, de bière et de spiritueux afin de caractériser d'éventuels effets spécifiques.

    Les études prospectives ont été éliminées lorsqu'elles n'ont pas analysé l'effet de chacune des boissons alcooliques, du fait d'une consommation négligeable.

    Il s'avère que la quasi totalité de ces études écologiques et de cohortes réalisées récemment indiquent un effet protecteur supérieur sur les maladies cardiovasculaires lorsque la boisson alcoolisée consommée est du vin.

    Cet effet pourrait être attribué à certains de ses constituants spécifiques et plus précisément aux composés phénoliques qu'il renferme. (...)

    Mots-clés Pascal : Appareil circulatoire pathologie, Ethanol, Epidémiologie, Homme, Consommation, Boisson alcoolisée, Vin, Bière, Spiritueux, Prévention, Phénols

    Mots-clés Pascal anglais : Cardiovascular disease, Ethanol, Epidemiology, Human, Consumption, Alcoholic beverage, Wine, Beer, Spirituous liquor, Prevention, Phenols

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 98-0339574

    Code Inist : 002B30A02A. Création : 27/11/1998.