logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Surveillance des bactéries multirésistantes : Justification, rôle du laboratoire, indicateurs, données françaises récentes.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Surveillance of multiresistant bacteria : rationale, role of the laboratory, indicators, and recent data from France.

    Les programmes de contrôle des épidémies d'infections nosocomiales à bactéries multirésistantes (BMR), et en particulier à Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) et à entérobactéries productrices de bêtalactamases à spectre étendu (EBLSE), ont été jugés prioritaires par le CLIN de l'AP-HP, le Comité Technique des Infections Nosocomiales (CTIN) de la Direction Générale de la Santé, les CCLIN, de nombreux CLIN et la Société de Réanimation de Langue Française, en raison de la large diffusion et du fort potentiel pathogène de ces bactéries.

    Afin d'évaluer l'impact des actions de prévention, des systèmes de surveillance ont été mis en place par les laboratoires de bactériologie.

    Ces systèmes reposent sur plusieurs types d'indicateurs : 1) le pourcentage de souches multirésistantes isolées des prélèvements à visée diagnostique dans l'espèce, 2) le nombre de nouveaux malades (cas) chez lesquels une souche de BMR a été isolée d'au moins un prélèvement à visée diagnostique (ou d'au moins un prélèvement de dépistage), 3) l'incidence, ou la densité d'incidence, des cas pour 1 000 jours d'hospitalisations ou pour 100 admissions, 4) la distinction entre cas acquis et importés dans l'hôpital ou dans le service.

    Les données recueillies en France entre 1990 et 1995 montraient une proportion de souches BLSE chez K. pneumoniae globalement de l'ordre de 20%, et de 25 à 35% parmi les souches responsables d'infections nosocomiales. (...)

    Mots-clés Pascal : Bactérie, Résistance traitement, Infection nosocomiale, Surveillance, Incidence, Hôpital, Programme sanitaire, France, Europe, Staphylococcus aureus, Micrococcaceae, Micrococcales, Klebsiella pneumoniae, Enterobacteriaceae, Prévention, Homme

    Mots-clés Pascal anglais : Bacteria, Negative therapeutic reaction, Nosocomial infection, Surveillance, Incidence, Hospital, Sanitary program, France, Europe, Staphylococcus aureus, Micrococcaceae, Micrococcales, Klebsiella pneumoniae, Enterobacteriaceae, Prevention, Human

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 98-0302483

    Code Inist : 002B05B02N. Création : 27/11/1998.