logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Incidents dus à Cryptosporidium dans les systèmes d'adduction d'eau potable.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Waterborne outbreaks caused by Cryptosporidium.

    En 1984, la première épidémie à Cryptosporidium transmise par l'eau de boisson a eu lieu dans une banlieue de San Antonio, Texas, USA, après la contamination de l'eau d'un puits artésien par des eaux usées.

    Depuis, plusieurs épidémies de grande envergure ont été enregistrées aux USA et en Grande-Bretagne, dont celle de Milwaukee, état du Wisconsin, USA, en 1993 pendant laquelle 403 000 personnes ont été infectées.

    Les causes de ces épidémies sont la contamination des eaux brutes par le parasite Cryptosporidium, le mauvais entretien des installations de traitement et/ou des défectuosités dans la chaîne de traitement de l'eau brute.

    Ces épidémies ont montré que l'eau potable peut transmettre des maladies même lorsque les valeurs des paramètres microbiologiques de l'eau sont respectées.

    Plusieurs études ont encore montré que le parasite contamine fréquemment les eaux de surface, la concentration en ookystes (oeufs enkystés, agents de transmission de la cryptosporidiose) étant plus importante dans les eaux souillées par des matières fécales.

    On trouve également Cryptosporidium dans des eaux potables filtrées, bien que la teneur en ookystes soit bien inférieure à celle mesurée dans les eaux brutes et/ou dans l'eau potable lors d'épidémies. (...)

    Mots-clés Pascal : Eau potable, Contamination biologique, Cryptosporidium, Apicomplexa, Protozoa, Cryptosporidiose, Protozoose, Parasitose, Infection, Epidémie, Homme, Réseau adduction eau, Contrôle microbiologique, Détection, Oocyste, Qualité eau, Traitement eau potable, Risque, Article synthèse

    Mots-clés Pascal anglais : Drinking water, Biological contamination, Cryptosporidium, Apicomplexa, Protozoa, Cryptosporidiosis, Protozoal disease, Parasitosis, Infection, Epidemic, Human, Water supply system network, Microbiological testing, Detection, Oocyst, Water quality, Drinking water treatment, Risk, Review

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 98-0163169

    Code Inist : 002B05E02B9. Création : 21/07/1998.