logo BDSP

Base documentaire


  1. Risk Factors for adenomotous endometrial hyperplosia: a case-control study

    Article - En anglais

    Traduction en français : Les facteurs de risque de l'hyperplasie endométriale: une étude cas-témoin

    Une étude cas-témoin portant sur les cancers de l'endomètre vérifiés trés biologiquement a été menée entre 1977 et 1978 parmi la population féminine de Toronto (Canada): Les patientes ont été regroupées suivant le diagnostic porté: cancer de l'endomètre, cancer endométrial in situ, hyperplasie de l'endomètre.

    Cet article ne concerne que les femmes atteintes d'une hyperplasie.

    Chaque cas malade s'est vu attribuer 2 témoins d'âge et de profil gynécologique comparables.

    Chez les femmes menopausés, (87 cas et 151 témoins) les oestrogènes (non contraceptifs) figurent comme un porteur de risque, de même que la surcharge pondérale.

    Un traitement par oestrogènes d'une durée supérieure à 5 ans, élève le risque relatif à plus de 20 et l'usage contraceptifs oraux ne modifie pas ce risque.

    Parmi les femmes non prénopauses (62 cas et 97 témoins), l'excès de poids apparait comme un facteur protecteur, même avec la prise de contraceptifs oraux.

    Cependant, l'utilisation de contraceptifs oraux nesemble pas influer sur le risque de survenue d'une hyperplasie endometriale, et un traitement prolongé pourrait même constituer une mesure préventive bien que les résultats statistiques ne soient pas significatifs.

    L'analyse des données tant chez les femmes pré-que post menopausés suggère que les oestrogènes (endogenes et exogènes) jouent un rôle important dans l'étiologie de l'hyperplasie endométriale.

    Mots-clés Pascal : Tumeur maligne, Population, Diagnostic, Femme, Age, Contraceptif

    Mots-clés Pascal anglais : Malignant tumor, Population, Diagnosis, Woman, Age, Contraceptive

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : GRISS

    Code Inist : RESH. Création : 199406.