logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Sommeil, travail de nuit et consommation médicamenteuse : résultats d'une enquête cas/témoin effectuée en milieu de travail.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Sleep, shiftwork, and drug use : results of a case-control study in a working environment.

    Le travail posté provoque des modifications des rythmes biologiques, exposant notamment les travailleurs à des troubles du sommeil.

    Les auteurs rapportent les résultats d'une enquête cas/témoin effectuée en milieu de travail sur 1 212 sujets (808 témoins travaillant le jour et 404 cas travaillant la nuit ou en rotation).

    La durée du sommeil est raccourcie chez les sujets postés.

    D'autre part, la fréquence des troubles du sommeil s'avère deux fois plus importante chez ces travailleurs (42,8 versus 27,4%). Dans cet échantillon, 7,6% des sujets rapportent une consommation d'un médicament pour mieux dormir.

    L'âge et le sexe féminin favorisent cette utilisation ainsi que l'ancienneté dans le poste pour les cas.

    Parmi les médicaments cités, on retrouve 53,1% d'anxiolytiques, 40,6% d'hypnotiques, 4,2% de sédatifs et 2,1% d'antidépresseurs.

    Le bromazépam, la zopiclone et le zolpidem sont les médicaments les plus fréquemment mentionnés.

    A ancienneté égale, le risque de consommation d'un médicament pour mieux dormir est multiplié par 1,7 chez les cas par rapport aux témoins.

    Ces résultats montrent que le travail de nuit expose à un risque accru de consommation de psychotropes.

    Mots-clés Pascal : Travail nocturne, Travail posté, Trouble sommeil, Epidémiologie, Homme, Etude cas témoin, Consommation, Médicament, Psychotrope, Médecine travail, France, Europe, Rythme biologique, Organisation travail, Système nerveux pathologie, Trouble neurologique

    Mots-clés Pascal anglais : Night work, Shift work, Sleep disorder, Epidemiology, Human, Case control study, Consumption, Drug, Psychotropic, Occupational medicine, France, Europe, Biological rhythm, Job engineering, Nervous system diseases, Neurological disorder

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 97-0529248

    Code Inist : 002B02B11. Création : 13/02/1998.