logo BDSP

Base documentaire


  1. Efficacité des zones tampon pour la protection des cours d'eau : exemple du Gouessant.

    Thèse/mémoire - En français

    En France, la qualité de l'eau brute superficielle est trop souvent médiocre : rétablir une qualité correcte constitue un des objectifs des périmètres de protection.

    Des zones tampon peuvent être utilisées à cette fin, à l'instar de l'étranger.

    Installées le long des cours d'eau, leur rôle est de couper le ruissellement et de permettre aux végétaux présents de prélever différents polluants (produits phytosanitaires, azote, phosphore).

    Une largeur minimum de 6,10 et 15 m pour des pentes comprises entre 0-5%, 5-15% et 15-20% respectivement est nécessaire : au-delà de 20%, les zones tampon semblent inefficaces.

    La largeur et le type de couvert végétal de la bande varient ensuite en fonction de la nature de l'occupation des sols, de la nature des pollutions, du sol et de l'alimentation des cours d'eau.

    Les contraintes liées à ces bandes filtrantes sont fortes.

    Les fosses sont également pris en compte : l'écoulement concentré de l'eau est dispersé sur la zone tampon.

    L'exemple du Gouessant (Côtes d'Armor) illustre la manière dont des zones filtrantes peuvent être installées dans le cadre de la mise en place d'un périmètre de protection.

    (R.A.).

    Mots-clés Pascal : Amélioration, Stratégie, Cours eau, Etude comparative, Pesticide, Azote, Phosphore, Microorganisme, Côtes d'Armor, Eau surface, Eau potable, Qualité eau, Etude cas

    Mots-clés Pascal anglais : Improvement, Strategy, Stream, Comparative study, Pesticides, Nitrogen, Phosphorus, Microorganism, Côtes d'Armor, Surface water, Drinking water, Water quality, Case study

    Logo du centre Notice produite par :
    ENSP - Ecole nationale de la santé publique (devenue EHESP)

    Cote : OL97/0085

    Code Inist : 002B30A02A. Création : 03/02/1998.