logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Identification, profil et prise en charge des déprimés des Unités d'Urgence des hôpitaux généraux. A propos de 95 cas recueillis au CHU de Reims en 1991.

    Thèse/mémoire - En français

    Traduction en anglais : Detection, profile and medical care of the depressed patients in the emergency units of the general hospitals. About 95 cases collected at the Reims University Hospital in 1991.

    Congrès, , 1994.

    Un nombre important de déprimés est admis en 1991 à l'Unité d'Accueil des Urgences Psychiatriques (UAUP) du CHU de Reims (585 patients, soient 21% de la file active de l'UAUP et 2% des entrées au Service des Urgences).

    Parmi 95 déprimés majeurs selon le DSM III-R, le portrait-type est celui d'une femme d'environ 40 ans, de bas niveau socio-économique.

    L'épisode dépressif est souvent sévère (score MADRS moyen=35) et récurrent.

    Alors que plus de huit sujets sur dix ont consulté récemment un médecin, seulement la moitié d'entre eux a reçu un antidépresseur (les sujets conscients d'être déprimés et ceux ayant consulté un psychiatre en ont reçu plus souvent).

    Deux sous-types particuliers de sujets s'opposent d'après une analyse des correspondances multiples.

    Le séjour à l'UAUP apparaît bref (6 heures en moyenne), avec un entretien psychiatrique le plus souvent unique (dans 8 cas sur 10) et conduit par un médecin peu expérimenté (dans deux tiers des cas).

    Un sujet sur deux est hospitalisé en psychiatrie.

    La décision d'hospitalisation ne semble pas être fondée à partir des critères les plus pertinents (l'existence d'une tentative de suicide, la sévérité de la dépression ou celle des idées suicidaires ne sont pas prises en compte).

    Seul un déprimé sur cinq fait l'objet d'un suivi de secteur.

    Des solutions sont proposées afin d'améliorer le dépistage et la prise en charge des cas de dépression (environ 150 000 par an) aux Urgences des hôpitaux généraux français.

    Mots-clés Pascal : Etat dépressif, Urgence psychiatrique, Service santé, Enquête, Epidémiologie, Marne, Démographie, Statut social, Antécédent, Traitement, Trouble humeur, Homme, Filière soins

    Mots-clés Pascal anglais : Depression, Psychiatric emergency, Health service, Inquiry, Epidemiology, Marl, Demography, Social status, Antecedent, Treatment, Mood disorder, Human

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 96-0443759

    Code Inist : 002B18C07A. Création : 10/04/1997.