logo BDSP

Base documentaire


  1. Le mésusage des psychotropes au volant.

    Article - En français

    Traduction en anglais : Misuse of psychotropic drugs and driving.

    La part de responsabilité des psychotropes dans la genèse des accidents de la circulation est difficile, voire impossible ac évaluer.

    Les différentes études permettent, pays par pays, de connaître avec une certaine précision (8 ac 10%) le pourcentage de conducteurs accidentés dont le sang contenait ces substances, mais, du fait des possibles pathologies sous-jacentes, ne renseignent pas sur le rôle réel des produits.

    Un certain nombre de paramètres chronobiologiques viennent, de plus, compliquer le problème.

    Les médicaments mis en cause sont nombreux.

    Ils influencent la vision, l'impulsivité, l'attention et la vigilance et agissent soit par des mécanismes directs de sédation ou, au contraire, de levée d'inhibition, soit par des mécanismes secondaires : retard d'élimination ou insomnie de la veille.

    Les médicaments incriminés sont en règle sédatifs : BZD, anti-épileptiques, neuroleptiques, anti-histaminiques, antidépresseurs, thymorégulateurs...

    Parfois, au contraire, ils sont stimulants : amphétamines et apparentés, caféine, codéine.

    Quelques-uns ont parfois des effets psychodysleptiques.

    Certaines associations peuvent avoir des effets imprévus.

    Les prescripteurs et le public doivent donc être régulièrement informés de ces risques.

    Mots-clés Pascal : Psychotrope, Toxicité, Sédation, Stimulant SNC, Conduite véhicule, Accident circulation, Facteur risque, Santé publique, Homme

    Mots-clés Pascal anglais : Psychotropic, Toxicity, Sedation, CNS stimulant, Vehicle driving, Traffic accident, Risk factor, Human

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 96-0174636

    Code Inist : 002B02U01. Création : 199608.