logo BDSP

Base documentaire


  1. Oestrogènes et progestatifs dans le traitement substitutif de la ménopause.

    Article - En français

    La population française de plus de 50 ans est évaluée à 8 millions et le vieillissement de la population augmentera encore ce nombre dans l'avenir.

    La femme va donc vivre au moins trente ans après l'arrêt de la fonction ovarienne, exposée aux risques induits par la carence en oestrogènes.

    Dans la population française, 9% seulement des patientes en âge d'être traitées le sont, contre 18% en Allemagne et 26% aux USA.

    Pourtant les risques cardio-vasculaires et l'ostéoporose post-ménopausique liés à la carence en oestrogène peuvent être atténués par le traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS).

    Il faut donc informer la population, convaincre le généraliste du bien-fondé et de l'innocuité de la thérapeutique, et estimer dans les études longitudinales de suivi de cohorte les bénéfices réels par rapport aux coûts du THS. (Tableaux).

    Mots-clés Pascal : Ménopause, Traitement, Gynécologie, France, Economie santé

    Mots-clés Pascal anglais : Menopause, Treatment, Gynecology, France, Health economy

    Notice produite par :
    MRPS - Maison régionale de la promotion de la santé (devenue GRPS)

    Code Inist : 002B30A03C. Création : 199608.