logo BDSP

Base documentaire


  1. Impact of iron deficiency on cognition in infancy and childhood.

    Article - En anglais

    Touchant un milliard d'individus, soit un cinquième de la population mondiale, la carence en fer reste le déficit nutritionnel le plus répandu.

    Particulièrement fréquente parmi les jeunes enfants, elle affecte le développement psychomoteur, parfois de façon irréversible.

    L'expérimentation animale a montré la présence de fer à forte concentration dans certains territoires du cerveau, fer qui s'y accumule de la vie foetale à l'âge adulte.

    Chez l'animal, la carence martiale entraîne une baisse des capacités d'apprentissage et des perturbations du comportement.

    Le mécanisme biochimique à l'origine de ces troubles reste imparfaitement connu ; il pourrait être lié à une altération des neurotransmissions cérébrales, particulièrement au niveau des circuits faisant intervenir la sérotonine, la dopamine et le GABA (acide gamma-aminobutyrique).

    Ces données ne sont actuellement pas directement transposables à l'espèce humaine.

    Dans les études portant sur le jeune enfant, la difficulté est liée au fait que les conditions socio-économiques affectent à la fois les apports en fer et le développement cognitif, l'étude entre ces deux paramètres risquent ainsi d'être parasitée.

    Mots-clés Pascal : Carence alimentaire, Fer, Développement intellectuel, Anémie, Expérimentation, Animal, Médecine, Nutrition, Prévention, Chili

    Mots-clés Pascal anglais : Nutrional deficiency, Iron, Intellectual development, Anemia, Experimentation, Animal, Medicine, Nutrition, Prevention, Chile

    Notice produite par :
    CIE - Centre International de l'Enfance et de la Famille

    Code Inist : 002B30A11. Création : 01/03/1996.