logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. La pharmacovigilance vue par un échantillon de médecins généralistes et d'internes de la région midi-pyrénées.

    Article, Communication - En français

    Traduction en anglais : Attitudinal survey about the drug surveillance system in general practitioners and residents in the south of France.

    Journées françaises de pharmacovigilance - French pharmacovigilance conference. Rouen FRA ; Rouen FRA, 1994/11/24.

    L'image et les services rendus par le Centre Midi-Pyrénées de Pharmacovigilance ont été évalués auprès de 600 médecins généralistes de la région et 263 internes du CHU de Toulouse.

    Le taux de réponse des médecins (39.0 pour cent) est comparable à celui des internes (44.7 pour cent).

    L'absence de notification concerne également médecins (53.4 pour cent) et internes (52.6 pour cent), indépendamment de l'obligation de déclaration, l'enseignement de pharmacovigilance aux cours des études, la connaissance de l'adresse du centre et l'année de thèse.

    Les généralistes ignorent plus souvent où et comment déclarer les effets indésirables (21.0 pour cent upsilons 8.0 pour cent, p<0.05).

    Ils notifient aux laboratoires pharmaceutiques (86.6 pour cent) puis au centre de pharmacovigilance (15.4 pour cent) et au centre antipoison (9.1 pour cent).

    Pour 47.9 pour cent des médecins et 44.0 pour cent des internes, le centre de pharmacovigilance reste cependant le meilleur interlocuteur.

    Dix ans après le décret instituant la pharmacovigilance, ses structures restent encore trop méconnues.

    Mots-clés Pascal : Pharmacovigilance, Attitude, Médecin généraliste, Interne(étudiant), Homme, Centre information, Evaluation, Personnel sanitaire, Midi Pyrénées, France, Europe, Notification

    Mots-clés Pascal anglais : Pharmacovigilance, Attitude, General practitioner, Resident(student), Human, Information center, Evaluation, Health staff, Midi Pyrénées, France, Europe

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 96-0008629

    Code Inist : 002B02A06. Création : 01/03/1996.