logo BDSP

Base documentaire


Votre avis nous intéresse

Le réseau BDSP met en oeuvre un projet d'innovation et d'amélioration de ses services, dans le souci constant de proposer des contenus de qualité adaptés aux besoins des utilisateurs.

Identifier de nouvelles sources de financements est la condition nécessaire pour assurer la poursuite et la pérennité de cet outil unique qu'est la BDSP, tout en le faisant évoluer.

Pour définir un nouveau modèle économique, nous avons besoin de votre avis : merci de répondre à notre enquête (temps estimé : 5 minutes).

Participer maintenant
Participer plus tard J'ai déjà participé

  1. Antiarrhythmic drug-induced side effects : a prospective survey of 300 patients.

    Article, Communication - En anglais

    Journées françaises de pharmacovigilance - French pharmacovigilance conference. Rouen FRA ; Rouen FRA, 1994/11/24.

    Nous rapportons les résultats d'une enquête prospective sur les effets indésirables des médicaments antiarythmiques effectuée sur 300 malades suivis en milieu cardiologique.

    Dans cette population d'âge moyen 67 ans (16 à 91 ans), 41 patients (soit 13.6 pour cent) ont présenté en tout 52 effets indésirables.

    Neuf effets indésirables ont été considéré comme'graves'5 effets proarythmiques, 1 neuropathie périphérique, 1 fibrose pulmonaire et 2 décompensations cardiaques.

    Nous avons observé des effets indésirables plus fréquemment avec le disopyramide (46.1 pour cent, P<0.01) ou la propafénone (41.7 pour cent, P<0.05) et moins souvent avec le sotalol (2 pour cent, P<0.01) qu'avec les autres médicaments (flécaïnide : 20 pour cent ; amiodarone : 16.4 pour cent ; cibenzoline : 4.8 pour cent ; hydroquinidine : 4.3 pour cent).

    Les effets indésirables ont été plus fréquents lors de bithérapie (39 pour cent) qu'en cas de monothérapie (13 pour cent) en général, et dans le groupe amiodarone en particulier.

    En conclusion, les effets indésirables des antiarythmiques concernent 1 patient sur 6 et ont conduit à l'arrêt du traitement chez 1 malade sur 14.

    La fréquence des effets arythmogènes (1.1 pour cent) est plus faible que celle rapportée antérieurement dans la littérature suggérant une modification des habitudes de prescription par les grands essais cliniques récemment publiés.

    Mots-clés Pascal : Antiarythmique, Toxicité, Epidémiologie, Prospective, Homme, Pharmacovigilance, Surveillance, France, Europe

    Mots-clés Pascal anglais : Antiarrhythmia agent, Toxicity, Epidemiology, Prospective, Human, Pharmacovigilance, Surveillance, France, Europe

    Logo du centre Notice produite par :
    Inist-CNRS - Institut de l'Information Scientifique et Technique

    Cote : 96-0008621

    Code Inist : 002B02U10. Création : 01/03/1996.