logo BDSP

Base documentaire


  1. Epidémiologie de la résistance aux antibiotiques de Streptococcus pneumoniae en France. Réseau national de surveillance (1984-1993).

    Article - En français

    Le réseau national de surveillance de la résistance des pneumocoques aux antibiotiques en France (1984-1993 ; 14786 souches étudiées) a montré que celle-ci atteint des niveaux élevés : en 1993, le niveau de résistance était de 24% pour le tetracycline, 34% pour l'erythromycine, 27% pour le chloramphenicol et 37% pour le cotrimoxazole.

    Particulièrement alarmant le changement de sensibilité à la penicilline g : moins de 1% des souches de sensibilité diminuent avant 1986, comparé aux 25% observés en1993.

    La fréquence des souches de haut niveau de résistance à la penicilline (CMI>1 mg/l), parmi les pneumocoques résistants à la penicilline (PRP) a augmenté de 13% en 1988 à 50% en 1993.

    Parmi les PRP a augmenté de 13% en 1988 à 50% en 1993.

    Parmi les PRP isolés en 1993, les 6 serogroupes ou serotypes les plus fréquents, dans l'ordre de fréquence sont : 23 (55%), 9 (13,9%), 6 (8,2%), 14 (7,3%), 15 (4,9%), 19 (3,7%). 70% des PRP associent multi-résistance et résistance à la penicilline.

    Des techniques fiables sont capables de détecter les PRP.

    Les PRP portent une sensibilité diminuée vis-à-vis de toutes les bêta-lactamines, mais les CMI varient pour chaque molécule.

    Tout isolement de PRP lié à une infection doit faire l'objet d'une détermination des CMI de la penicilline.

    Mots-clés Pascal : Antibiotique, Sensibilité résistance, Médicament, Epidémiologie, Surveillance sanitaire

    Mots-clés Pascal anglais : Antibiotic, Sensivity resistance, Drug, Epidemiology, Sanitary surveillance

    Logo du centre Notice produite par :
    CCLIN Sud-Est - Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Sud-Est

    Cote : 01310

    Code Inist : 002B30A11. Création : 199510.