logo BDSP

Base documentaire


  1. Wound infection rates following clean operative procedures : can we assume them to be low ?

    Article - En anglais

    Traduction en français : Taux d'infections de site opératoire après chirurgie aseptique : pouvons-nous le diminuer ?

    Opinion.

    Sur le plan national, on compte plus de 500 000 infections de site opératoire, dont plus de la moitié se développent après le départ de l'hôpital.

    Les agents pathogènes les plus souvent mis en cause sont les cocci gram positifs, aérobiques et exogènes, du type Staphylococcus aureus.

    Si la prévention totale des infections semble impossible, on peut néanmoins obtenir des taux moins élevés en tenant compte de facteurs, comme l'état général de santé du patient et le stade de la maladie, la durée d'hospitalisation préopératoire, l'asepsie préopératoire et l'existance des foyers d'infection à distance...

    Les dix dernières années, afin d'évaluer le risque de développer un infection postopératoire, les chercheurs ont essayé de trouver des facteursde risque spécifiques à chaque type de patient.

    En établissant des facteurs de risque lié au patient et au type d'intervention chirurgicale, on pourrait mieux évaluer le risque d'infection de site opératoire et adopter une meilleure conduite à tenir (prophylactique ou thérapeutique).

    Ainsi, on pourrait diminuer d'une manière idéale le taux global d'incidence des infections postopératoires.

    Mots-clés Pascal : Complication, Peropératoire, Chirurgie, Infection, Epidémiologie, Classification, Contamination

    Mots-clés Pascal anglais : Complication, Intraoperative, Surgery, Infection, Epidemiology, Classification, Contamination

    Logo du centre Notice produite par :
    CCLIN Sud-Est - Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Sud-Est

    Cote : 00057

    Code Inist : 002B30A11. Création : 199510.